Le mois de mai de l'année 2020                                                                               Anne-Marie, Claudine, AMA

TRANSITION: vers où allons-nous?

 

Heureusement que nous ne connaissons pas l'avenir alors...vivons l’ ici et maintenant.

Le déconfinement est commencé, comment allons-nous le vivre?

Une belle phrase d’Éric Emmanuel Schmidt dit:

L'épreuve que nous vivons nous grandit: du "JE" on devient "NOUS"

Cela fait bien longtemps que ce n'était pas ainsi.

Oui, j'adhère à cette phrase, du chacun pour soi, nous passons aux actions responsables, notre liberté est sous conditions:

porter le masque, des groupes de 4 en famille, adieu les vacances à l'étranger cet été....

Si chacun s'y met, tout se passera bien.

La Suède a demandé des actes responsables et cela se passe à 90% dans le bon sens.

C'est donc dans notre tête que tout se passe.

Le soleil est là, j'en profite, j'ai retrouvé à 2 kms de chez moi 4 promenades merveilleuses,

des coins de paradis tout à côté!

J'adore la montagne et bien c'est elle qui est venue à moi.

Mais il faut mettre ses chaussures, ouvrir la porte et avancer. Visualisez des vallons à n'en pas finir, le ciel bleu, le calme absolu, les oiseaux chantent, les fleurs des arbres d'aubépine tous blancs, les genets,...respirez à pleins poumons.   Mmm ! C’est extraordinaire...

Je vous partage ma belle énergie, profitez-en surtout dans les creux que nous vivons parfois.

EST-CE UNE EPREUVE OU UNE OPPORTUNITE? OU LES DEUX.

Dans l'épreuve, l'opportunité… Wouaw!

Vivez-vous aussi votre petit coin de paradis...il n'est pas loin.

BISOUS                                                                               ANNE MARIE (Mai 2020)

 

 ......un joli casse-tête littéraire proposé par Claudine......qui occupera un peu tes heures creuses.


UNE BELLE SURPRISE EN FORET;

 

Incroyable, je découvre à présent une nouvelle forêt à un km de chez moi!

Je marche sur un sentier et tout à coup, j'entends des cris incessants, le piaillement

de jeunes oiseaux dans un nid, juste près de moi.

Mais où est donc ce nid? je cherche partout...:rien!

Alors, je regarde vers le haut: un trou de +ou-10 cm dans le tronc, je pense sûrement au pic épeiche..

Je m'imagine alors....,pour monter du nid, il faut savoir voler...

Combien d'essais infructueux, retomber sur les autres et puis...enfin..... sortir du nid!

Quelle victoire et quelle joie pour les parents de voir sortir leurs jeunes oisillons faire leur premier vol.

Cela me met en joie et m'émerveille...: Quelle belle rencontre!

2 joggeurs passent alors en courant: bien sûr, ils n'ont ni vu ni entendu cette merveille...c'est ainsi:

A CHACUN SON BONHEUR ET SA JOIE D’ÊTRE.......ANNE MARIE (Mai 2020)

 

 

Retour.

 

Du fin fond de ma mémoire resurgit l’image…

Elle me serrait dans ses bras, m’étouffait de baisers, peur de me perdre et pourtant…

Je me sentis saisir et porter ailleurs, oui, ailleurs, un endroit froid, sans bras, sans lèvres pour m’aimer.

Cette envie de bras, dès lors, me manqua, me mangea, m’anémia…

A travers mon enfance, le vent froid était mon compagnon, je me berçais de chansons, d’illusions surtout.

Bien sûr, le confort, la surprotection étaient au rendez-vous.

Cela remplace-t-il le sein maternel ?  Non jamais !

L’école était un nouveau rempart et une sorte de pitié bienveillante des bonnes sœurs, me déplaisait sans que je sache pourquoi.

Aimée des autres enfants, non que nenni, la petite orpheline laissée au large des rondes, ne pleurait pas car il ne lui manquait rien au fond, elle commençait un déni qui ne devait pas cesser.

Chercher l’amour à tout prix est un moyen certain de l’éloigner et nous ne vivons dès lors, que de malt, d’ersatz et de « faux semblants ».

Comme tous les autres humains, cette gamine a vécu dans les structures scolaires, les débuts de vie active ; elle devint adulte mais manquait cette crise bénéfique et évidemment difficile de l’adolescence.

Cette femme enfant assumait ses fonctions cependant, elle a mis au monde des enfants qu’elle a heureusement porté à la vie adulte mais elle dut faire beaucoup d’efforts pour laisser partir les adultes qu’ils étaient.

Elle est à présent dans sa vie d’hiver et attend encore la chaleur d’un cœur de maman.

Manque une volée de marches à son escalier.

 

AMA (Mai2020)

 


Télécharger
Si vous désirez obtenir le fichier complet - vous pouvez le télécharger
ECRITS-MAI.pdf
Document Adobe Acrobat 652.2 KB