Les mois de mai, juin, juillet et août 2020                                                                        Anne-Marie, Claudine, AMA, Hilda, Clément, Graziella, Roger, Marc, Mady

TRANSITION: vers où allons-nous?

 

Heureusement que nous ne connaissons pas l'avenir alors...vivons l’ ici et maintenant.

Le déconfinement est commencé, comment allons-nous le vivre?

Une belle phrase d’Éric Emmanuel Schmidt dit:

L'épreuve que nous vivons nous grandit: du "JE" on devient "NOUS"

Cela fait bien longtemps que ce n'était pas ainsi.

Oui, j'adhère à cette phrase, du chacun pour soi, nous passons aux actions responsables, notre liberté est sous conditions:

porter le masque, des groupes de 4 en famille, adieu les vacances à l'étranger cet été....

Si chacun s'y met, tout se passera bien.

La Suède a demandé des actes responsables et cela se passe à 90% dans le bon sens.

C'est donc dans notre tête que tout se passe.

Le soleil est là, j'en profite, j'ai retrouvé à 2 kms de chez moi 4 promenades merveilleuses,

des coins de paradis tout à côté!

J'adore la montagne et bien c'est elle qui est venue à moi.

Mais il faut mettre ses chaussures, ouvrir la porte et avancer. Visualisez des vallons à n'en pas finir, le ciel bleu, le calme absolu, les oiseaux chantent, les fleurs des arbres d'aubépine tous blancs, les genets,...respirez à pleins poumons.   Mmm ! C’est extraordinaire...

Je vous partage ma belle énergie, profitez-en surtout dans les creux que nous vivons parfois.

EST-CE UNE EPREUVE OU UNE OPPORTUNITE? OU LES DEUX.

Dans l'épreuve, l'opportunité… Wouaw!

Vivez-vous aussi votre petit coin de paradis...il n'est pas loin.

BISOUS                                                                               ANNE MARIE (Mai 2020)

 

 ......un joli casse-tête littéraire proposé par Claudine......qui occupera un peu tes heures creuses.


UNE BELLE SURPRISE EN FORET;

 

Incroyable, je découvre à présent une nouvelle forêt à un km de chez moi!

Je marche sur un sentier et tout à coup, j'entends des cris incessants, le piaillement

de jeunes oiseaux dans un nid, juste près de moi.

Mais où est donc ce nid? je cherche partout...:rien!

Alors, je regarde vers le haut: un trou de +ou-10 cm dans le tronc, je pense sûrement au pic épeiche..

Je m'imagine alors....,pour monter du nid, il faut savoir voler...

Combien d'essais infructueux, retomber sur les autres et puis...enfin..... sortir du nid!

Quelle victoire et quelle joie pour les parents de voir sortir leurs jeunes oisillons faire leur premier vol.

Cela me met en joie et m'émerveille...: Quelle belle rencontre!

2 joggeurs passent alors en courant: bien sûr, ils n'ont ni vu ni entendu cette merveille...c'est ainsi:

A CHACUN SON BONHEUR ET SA JOIE D’ÊTRE.......ANNE MARIE (Mai 2020)

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Retour.

 

Du fin fond de ma mémoire resurgit l’image…

Elle me serrait dans ses bras, m’étouffait de baisers, peur de me perdre et pourtant…

Je me sentis saisir et porter ailleurs, oui, ailleurs, un endroit froid, sans bras, sans lèvres pour m’aimer.

Cette envie de bras, dès lors, me manqua, me mangea, m’anémia…

A travers mon enfance, le vent froid était mon compagnon, je me berçais de chansons, d’illusions surtout.

Bien sûr, le confort, la surprotection étaient au rendez-vous.

Cela remplace-t-il le sein maternel ?  Non jamais !

L’école était un nouveau rempart et une sorte de pitié bienveillante des bonnes sœurs, me déplaisait sans que je sache pourquoi.

Aimée des autres enfants, non que nenni, la petite orpheline laissée au large des rondes, ne pleurait pas car il ne lui manquait rien au fond, elle commençait un déni qui ne devait pas cesser.

Chercher l’amour à tout prix est un moyen certain de l’éloigner et nous ne vivons dès lors, que de malt, d’ersatz et de « faux semblants ».

Comme tous les autres humains, cette gamine a vécu dans les structures scolaires, les débuts de vie active ; elle devint adulte mais manquait cette crise bénéfique et évidemment difficile de l’adolescence.

Cette femme enfant assumait ses fonctions cependant, elle a mis au monde des enfants qu’elle a heureusement porté à la vie adulte mais elle dut faire beaucoup d’efforts pour laisser partir les adultes qu’ils étaient.

Elle est à présent dans sa vie d’hiver et attend encore la chaleur d’un cœur de maman.

Manque une volée de marches à son escalier.

 

AMA (Mai2020)

  -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Ne s’est-on pas trompé de priorité en laissant partir tant de personnes âgées sans dignité, sans le moins réconfort d’un proche ?

Médicalisés, intubés, stérilisés, anesthésiés, mais abandonnés !

 

Tout se bouscule dans ma tête.

Matraquage, embobinage, masqués, gantés, isolés, désocialisés.

Où en sommes-nous ?    Où allons-nous ?

 

Autour de moi, on pense sans doute que je suis fada ! De me distancer du discours ambiant si dramatisant,  mais je reste écartelée entre ce que je ressens au fond de moi et les informations des gens bien plus savants que moi.

Comme le fléchage dans les musées, etc…nous conduit-on tout droit vers un fléchage de nos vies ?

Bien sûr, dans le doute, je ne voudrais jamais contaminer mais mes pensées restent libres et mon esprit critique aussi.

 

Mes priorités restent en solidarité avec tous ceux qui souffrent. Mais du manque de relations chaleureuses, de fin de vie solitaire, d’enfants confinés dans des conditions lamentables….de tout cela qui laissera des traces indélébiles….en comptera-t-on un jour les victimes ?

 

HILDA ( mai 2020)

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais où va ce monde ?

Des chiffres, des chiffres et encore des chiffres du premier jour et jusqu’à quand ?

Des chiffres qui ne disent pas la réalité, mais qui sont là pour faire peur !

Des chiffres qui se taisent sur la douleur des gens, de ceux qu’on a abandonnés sans aucun contact humain.

Des chiffres qu’on ne veut pas regarder avec un œil critique et sensé puisqu’ils viennent des gens sérieux, des gens de cette belle politique, de ce beau monde médical.

Et les opérations sont dirigées par des autorités, bien camouflées et bien dirigées par des puissances financières.

Une nouvelle implantation de la 5G qui va nous aider à avoir une société hyper technologique. Nos habitudes de vie, nos déplacements, nos relations sociales vont pouvoir être utilisés par des entreprises, des pays étrangers. Peut-on appeler cela une intrusion dans nos vies privées?

Mais où va ce monde ?

Des enfants, qui sont complètement oubliés, qui ont juste le droit de se regarder dans 4m2 chacun, qu’il est interdit d’embrasser.

Des parents qui sont fatigués, qui perdent un rien les pédales ne sachant plus très bien où aller et comment ?

Mais où va ce monde ?

Des emplois qui deviennent précaires, des sociétés qui  basculent, qui s’essoufflent, qui sont exsangues.

D’autres chiffres maintenant qui se comptent par milliards sans savoir pour qui, pour quoi et jusqu’à quand et parfois pas très équitables.

Et tant qu’on parle de chiffres,  entre le 1er janvier et le 1er mai 2020 il y a eu 237.000 morts avec le corona virus, 357.000 suicides, 450.000 accidents de la route, 2.740.000 morts du cancer, 3.731.000 morts de malnutrition, 14.184.000 avortements,….

Mais où va le monde ?

On a oublié les petits, les démunis, les migrants et tout cela dans notre environnement si fragile !

Réveillons-nous, nous les citoyens, reprenons nos libertés, nos audaces et n’ayons pas peur de nous donner la main, démasqués….et le monde prendra alors une meilleure direction…..

                    

Clément (Mai 2020)

                       -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mai mais mois de Marie, Mai mais moi le plus beau !

1er mai fête du travail et du muguet !

Fête des mères !

Ascension et Pentecôte !

Que de fêtes et de rencontres en ce beau temps !

Bardaf un minuscule virus arrive et tout est arrêté !

Le conseil de sécurité ouvre petit à petit le déconfinement !

Port du masque conseillé, obligatoire dans les transports en commun ?  Et distance sociale 1,50 m.

Frontières ouvertes ! En France fermé !  Et maintenant 8 juin on ouvre les restaurants et cafés avec des conditions assez strictes ! Les écoles  maternelles rouvrent sans masque et distanciation ! Enfin on va pouvoir être dix à table même au resto !  On pourra sortir pour fumer !

Vous me direz pourquoi écrire tout ça, on connaît et on comprend (ou pas) les nouvelles règles !

Mais dans dix, vingt ou cinquante ans en me lisant, on pourra dire : « ils l’ont vécu les vieux ! »

Où as- tu mis le gel hydro…. Je ne retrouve pas mon masque !  Et j’ai perdu ma canne pour garder la distance ! Quelle vie !

 

                                                                                                                     Marc (juin 2020)                                                     

                  -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 C’était peut-être prévisible !

 

Nous avons connu un évènement que personne n’avait prédit !

Un virus venu, on ne sait d’où, a commencé à envahir la Chine pour ensuite s’étendre  dans le monde.

Il y a plus ou moins 2 ans, mon compagnon m’a raconté quelque chose : à la caserne, il lisait beaucoup. Entre autre le livre de Nostradamus . Il avait prédit ce qui se passe actuellement.

Les djihadistes, les catastrophes naturelles, les épidémies, la montée de la violence, etc.

J’en riais, mais avec ce virus qui court le monde, je pense que nous devons prendre au sérieux les prédictions de Nostradamus.

                                                                                 

                                                                                                         Grazi (juin 2020).

                     -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 A vous toutes et tous !

Bonjour mesdames, Bonjour mesdemoiselles ! Bonjour messieurs !

Par Dieu Ignoré, je suis descendu parmi vous.

Vous vous êtes mal conduits.

Ce n’est pas Covid 19 qui est le chef  mais moi Coronavirus.

Je suis calmé pour l’instant et Covid 19 en a marre de tuer.

Vous continuez à vous conduire mal.

Vous ressortez ! Vous repolluez !

Dieu Ignoré n’est pas content !

On se vengera de votre inconscience.

Je vous promets que Covid 19 et moi allons revenir.

Ça  va faire mal !

Ça va saigner !

Ça va faire du dégât,

Et suivant la tradition, en vérité, je vous le dis  AMEN.

                                                                       Coronavirus.                                                                                                                                                                                                                                              Roger (juin 2020)

               -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lettre destinée à un grand cuistot appelé Bernard.

 

Cher Bernard,

Comme vous m’êtes sympa et moi admirative de votre talent et de la façon aisée que vous avez de pivoter entre les plats, je vous envoie une petite récréation.

C’est le temps des vacances, tout est permis, surtout les enfantillages.

J’aime vos recettes mais trop de culture risque de faire tourner le bouillon.

Je me présente :  toute jeune on m’appelait  « miss croquettes » (c’était une de mes spécialités), adolescente, je suis devenue « pain de sucre » ensuite « dame noire » puis « poivre et sel » et enfin « plus sel que poivre »…aimant passionnément les grillades au soleil.

La gourmandise est mon péché mignon. Je me nourris entre-autre de musique cuite à point de bonne qualité même assez épicée, ouvrant les yeux sur ce qui est bon à croquer, et les fermant pour mieux humer leurs effluves.

Voilà, cher Bernard, on a fait un peu connaissance. Tout en respirant votre fumet alléchant, je me réjouis de vous revoir à la TV avec ou sans culture.

Rénata n’importe quoi.                                                                                              Mady – (juin 2020)

 

Coucou…me revoilà

Renata n’importe quoi

Bafouillant par-ci par-là

Bientôt on se reverra

Quelle joie « alléluia »

 

Monsieur poutine, Monsieur Poutine…pouvez-vous m’accorder quelques instants ?

Quelques questions pour les auditeurs de « Radiopotins »

Poutine : Da

-Pensez-vous que votre mandat sera renouvelé ?

Poutine : Da

-Détenez-vous le record de longévité ?

Poutine : Da

-Vous sentez-vous immortel ?

Poutine : Da

-Appliquez-vous toujours un régime autoritaire ?

Poutine : Da

-Êtes-vous un D.D.T (homme de génie) ?

Poutine : Da

-Jouez-vous aux cartes ?

Poutine : Da

-Comme Napoléon ?

Poutine : Da

-Bataille ?

Poutine : Da

-C’est votre dada ?

Poutine : Da

-Votre plat référé est toujours le goulasch ?

Poutine : Da

-Chantez-vous dans votre bain ?

Poutine : Do do da da da (c’est la lutte finale…)

-Quelle est la chanteuse française que vous admirez ?

Poutine : Dalida

-Quelques questions plus intimes….- Lisez-vous « Play boy » ?

Poutine : Da

-Avez-vous le temps de faire l‘amour ?

Poutine : Da

-Avec plusieurs partenaires ? …A la queue leu leu ?

Poutine : Da

-Quelle est votre position préférée ?

Poutine : A Da Da

-Merci Monsieur Poutine…Pouvez-vous nous dire quelques mots en français ?

Poutine : NIET !

                                                                                                                    Mady – (juin 2020)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

A vous, mes amis(es)

En lisant vos textes, je m’aperçois que la tristesse règne en roi dans vos cœurs.

Il est vrai qu’on ne se voit pas…vu les circonstances actuelles.

Il ne faut pas se laisser abattre.

Malgré les spécialistes de la santé, les hauts politiciens en font à leur tête.

Les masques doivent être lavés à 60 degrés pourquoi changer et puis dire 30 degrés ?

Il y a de quoi rire.

Deux vedettes de la chanson ont pensé à leur manière, et bien avant ce foutu virus, que les grosses légumes ne savent même pas ce qu’il faut faire :

J. Dutronc : On nous cache tout, on ne nous dit rien !

F. Pagny : Vous n’aurez pas ma liberté de penser !

 

Voyons les choses autrement. Il est vrai que votre présence nous manque.

Mais, quand nous nous retrouverons, quelle fiesta ça va être !

La colossale rigolade qui se réveillera de son long repos.

Nos rires qui vont voltiger dans tous les sens.

Il faut se réjouir car, j’en suis sûr, ce moment que nous attendons va bientôt venir nous embrasser.

                                                                         Roger Juin 2020.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------                                      

La boule à neige.

 

Tout se déroule sous ses yeux, dans cet univers restreint, le silence règne.

Rien ne filtre, ni du dehors, ni du dedans. C’est un monde confiné, profond, en coupole.

Il neige souvent à l’intérieur de ce microcosme.

Rien ne change au cours des années.

Elle regarde aussi la neige tomber, la petite fille, elle regarde en l’air, vers le ciel et là, c’est la vraie vie, elle monte si haut, si haut.

C’est une illusion mais elle aime ça, elle part à l’aventure et tel Peter Pan, s’envole, vole, vole.

 

Pataclac, elle a dix-huit ans, elle est amoureuse…

Quelle catastrophe pour cette jeune innocente, qui d’une façon bucolique, butinait la vie gentiment, calmement.

Du calme il n’y en a plus, tout est retourné…

Amoureuse d’une chimère, brûlée et sabordée de sa pleine conscience, elle sublime le héros qui ne l’est en rien.

Il est beau certes, encore que cela dépend de l’individu qui le juge.

D’une œillade, il l’a allumée, consumée, c’était un grand feu né du tréfonds du silence des vies passées, déchiquetées !

 

Ama (à suivre)  -juin 2020

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------                         

 

 

MAIS QUELLE HISTOIRE !

 

Où se cachent nos amis ?

Clément, Marc, tous les autres, où êtes-vous ?

Anne-Marie, Josiane, toutes les autres, où êtes-vous ?

Je me suis égaré. Je ne trouve plus personne.

Où sont nos sourires, nos rires, nos bisous ?

Ils sont où ?

C’est sûrement un mauvais rêve !

Je vais  m’éveiller.

Je me dis que ça va passer.

D’avance: J’entends le rire de Claudine,

Le sérieux d’Anne-Marie (les deux),

Le calme de Grazi.

Bref, tout  ce petit monde est dans mes pensées.

Voilà où sont mes amis : dans mes pensées !

Ne restez pas enfermés car je souhaite vous revoir tous.

On vit quand même une drôle d’époque.

Mais quelle histoire !

Roger juillet 2020.

 

Les moulins, c'était mieux à vent ?

Quand on voit beaucoup de glands à la télé, faut-il changer de chêne ?

 Si le ski alpin… qui a le beurre & la confiture ?

 Je m’acier ou je métal ? Que fer ?

 Un prêtre qui déménage a-t-il le droit d’utiliser un diable ?

 Est-ce que personne ne trouve étrange qu’aujourd’hui des ordinateurs demandent à des humains de prouver qu’ils ne sont pas des robots ?

 Est-ce que les lunettes de WC en bois sont fabriquées par des opticiens menuisiers ?

 Est-ce qu’à force de rater son bus on peut devenir ceinture noire de car raté ?

 Est-ce qu’un psychopathe peut être embauché comme psychologue chez Lustucru ?

 Si Gibraltar est un détroit, qui sont les deux autres ?

 Si on pète après avoir mangé du chevreuil, peut-on dire que l’on a des gaz à effet de cerf ?

 Est-ce que l’on peut quand même dire d’une végane moche que c’est un boudin, ou il y a un légume prévu pour ça ?

 Est-ce que l’on peut demander à une femme battue si son mari est un bon coup ?

 Lorsqu’un homme vient d’être embauché aux pompes funèbres, doit-il d’abord faire une période décès ?

 Je n’ai jamais compris pourquoi le 31 mai c’est la journée sans tabac, alors que le lendemain c’est le premier joint !

 Si un vampire mord un zombie, est-ce que le zombie devient un vampire, ou est-ce que le vampire devient un zombie ?

 Claudine (Aout 2020)

 

 

Le bonheur est là.

Nous sommes ici  et vous là-bas .

C’est d’ici que partent nos bisous.

Ils sont accompagnés par le chant des oiseaux.

Ils sont portés par le vent chantant le bonheur.

Voici les arbres qui les poussent en se penchant régulièrement.

Nos bisous sont guidés par nos pensées.

Leur but, c’est d’atterrir sur vos joues et vous disent « chantez,riez ! Ça prendra une tournure de Fête, la situation que nous connaissons…

Nos bisous ont raison, au carnaval,à Halloween, nous sommes plus ou moins masqués. On peut jouer au jeu de « qui se cache derrière ce masque ? »

Restons joyeux. On finira par se revoir.

Par la pensée nous sommes près de vous .

Vous existez . Vous n’êtes pas oubliés. Nous sommes près, liés par l’amitié . Le bonheur est là ! Jamais il ne se perdra .

A vous tous, soyez toujours joyeux.

                                                       Roger et Grazi juillet 2020

 

 


Télécharger
Si vous désirez obtenir le fichier complet - vous pouvez le télécharger
ECRITS-MAI.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB